Article de Claude Peretti, paru dans le Midi Libre du 11/04/2014 :

Comme il fallait s'y attendre, cette sixième édition du Festival des Voyageurs qui s'est déroulé ce week-end à l'espace Bauquier, a connu, une fois de plus un grand succès. La salle était déjà comble bien avant que ne commencent les projections. Des films et diaporamas proposés par ces voyageurs assoiffés des beautés de la planète, non pas dans ce qu'elle a de touristique et de déjà vu, mais plutôt et surtout dans ses facettes inconnues ou oubliées par notre monde « civilisé » installé confortablement dans un bien-être où le superflu l'emporte parfois sur l'essentiel.

Des endroits extraordinaires et des civilisations dont les codes nous semblent parfois déroutants ou archaïques, mais toujours superbes par leur authenticité naturelle et nous renvoient parfois à notre préhistoire. Le thème de cette année était « Les lumières du monde ». Entendons par cela les lumières des paysages, mais aussi les lumières humaines au travers de visages ou de regards surpris dans leur spontanéité.

IMG_8197.jpg

Ce festival est l'œuvre d'une famille exceptionnelle, Claudette, Michel et Cédric Thomas véritables fédérateurs de cette manifestation devenue au fil des ans un lieu de rendez-vous de passionnés des rencontres du bout du monde au terme de randonnées harassantes et parfois périlleuses. On l'aura compris, pour eux, les chemins empruntés ne sont pas les plus simples et les plus faciles et les conditions de vie très rustiques.

Et c'est ce qui rend ce festival des voyageurs unique en son genre. Les spectateurs ont pu vivre avec les moines et les nomades du Tibet, les tribus oubliées d'Angola, s'émerveiller de paysages Islandais, des chutes d'Igazu, des nuages de Chine du Népal, et bien d'autres encore…

Avec cette convivialité exemplaire où chacun peut échanger avec l'autre, avec une véritable osmose avec le public. Un festival remarquable par la qualité technique des images et du son grâce à Cédric Thomas et la présentation toujours sobre et efficace de Gérard Dubuc. Sans oublier le superbe espace Bauquier et l'omniprésence de Jany sans dont l'efficacité fut saluée par tous.